Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

06 déc.

Clément Orszag : "Objectif : essayer de rendre Axel Dumas moins mauvais..."

Enfant terrible du horseball parisien depuis son plus jeune âge, il a brillé dans la fameuse équipe de Chambly au 4 titres de Champions de France consécutifs, il s'est illustré en Equipe de France, il a participé activement à l'élaboration des P1 Mixtapes de son frère... puis il a mis fin à sa carrière en 2008. De retour sur les terrains cette saison, il s'offre le luxe d'inscrire 10 buts dés la première étape, de rater une P1 et de prendre la tête du classement w.H-B.o! Alors forcément, ça interpelle et ça suscite pas mal de questions...

Clément Orszag ChamblyPour commencer, qu'est-ce que Clément écoute dans son iTruc avant un match?

Pourquoi avoir mis fin à ta carrière il y a 3 ans?

Clément Orszag : J'ai choisi d'arrêter parce qu'il était l'heure pour moi de consacrer plus de temps à mes études, ajouté à cela des histoires annexes qui ont pollué l'environnement extra sportif, ainsi que l'envie de découvrir un quotidien sans horse-ball.

... Et pourquoi être revenu en 2011? Syndrome Christine Orgels Laguerre?

Clément Orszag : Pas loin... mais juste l'opportunité qui m'a été offerte par M.Motard de rejouer, l'envie de ramener le titre dans le Nord de la France, et faire en sorte de ne plus perdre la Ligue des Champions.

Moi qui pensais que c'était pour que ton frangin se remplisse les poches en pariant sur Chambly! D'ailleurs, tu en penses quoi des paris sportifs?

Clément Orszag : Il ne gagne pas tant que ça, quand on enlève ma com'! Mais pour ce qui est des paris, je pense que c'est une avancée majeure, puisque cela octroie une once de crédibilité à notre sport, mais surtout cela nous permet de diminuer les coûts des week-end en jouant les bonnes équipes.

Et parier sur Chambly, c'est un bon choix? Si on compare l'équipe actuelle à celle de la période faste 2005-2008?

Clément Orszag : Cela n'a rien à voir, la preuve même les maillots ont changé. L'équipe a perdu les bons meneurs de jeu qu'étaient MOTARD et CIAVATTA. Aujourd'hui, le jeu est basé sur la réactivité et le réalisme. Chambly version 2012 se veut réaliste sur son niveau technique mais efficace. L'avenir dira si cela suffit.

Et pour toi personnellement, l'Equipe de France est un objectif... ou pas? D'ailleurs, tu l'imagine comment l'EDF 2014 pour les JEM de St Lô? Qui jouera? Qui coachera?

Clément Orszag : Mon seul et unique objectif est de très égoïstement prendre du plaisir sur le terrain et les à cotés. Bon j'en prends surtout quand on gagne donc le titre est effectivement le but visé de cette saison. Pour ce qui est de l'EDF, c'est une "récompense" mais cela ne peut pas être un objectif à part entière, puisque une saison se construit sur le collectif d'un groupe. La démarche : Avant de penser à être plus fort, on doit essayer de rendre Axel Dumas moins mauvais ...
En 2014, les joueurs "stars" actuels le seront toujours : Mikel, Benoit, les Depons. A cela il faudra ajouter des jeunes et des plus anciens comme Johann ou Jérome qui devront affronter le défi de refaire une nouvelle cavalerie. Pour ce qui est du coach, Luc Laguerre me semble être le bon choix, cela nous garantirait au moins qu'il ne se remettra pas à cheval.

Prendre egoïstement du plaisir... Vu que tu as déjà pris la tête du classement w.H-B.o et de celui des meilleurs buteurs dés la première étape, qu'est-ce qui te ferait plaisir à Poitiers? 3-6 facial sur Eric Charles? Manger sur la tête de Gerald Ratel en touche? Réussir une P1? What else?

Clément Orszag : Effectivement j'aimerais beaucoup que l'on puisse proposer un peu plus de spectacle dans le jeu de PRO ELITE. Malgré les gros scores, on ne voit pas de réelle prise de risque balle en main. Pour Poitiers je vais tenter des choses qui sont réalisables à mon niveau, donc on oublie les P1, et le 3-6 facial sur Eric, qui est un des rares joueurs à avoir plus la grosse tête que moi. Si on prend 6 points et que les matches produisent des images pour une MIXTAPE 9, je serais le plus heureux (si Arles perd...suis pas contre non plus!).

Et pour la saison 2012-2013, t'es sous contrat? Qu'est-ce qui pourrait te faire venir jouer sous les couleurs du VI Toulousain? Après tout, Johann a bien échoué à Bordeaux ;o)

Clément Orszag : C'est vrai que le mercato de cet été a été animé puisque Bordeaux a récupéré son PASTORE horseballistique. Je suis partant pour la saison prochaine si le VI Toulousain est sponsorisé par RICARD.
Avant toute proposition, il ne faut pas oublier que je n'ai pas de cheval et que je ne fais pas de passe. C'est à prendre en compte ...

Il ne me reste plus qu'à te dealer un abonnement chez Tonton, Pastis Ô Maïtre! Quelque chose à rajouter?

Clément Orszag : Oui, je pense qu'àprès Saumur, on peut dire que, selon ton expression, c'est désormais Ladislas Crauzas, le plus crâneur de notre génération.

Vous avez probablement bien fait la paire! Merci Clément... et prépare ton déménagement sur Toulouse pour septembre 2012 ;o)

23 fév.

Horseballers inspirés...

Horseball valeurs sportivesJuste histoire de voir si on arrivait à un consensus, j'ai posé la question suivante à différents acteurs de notre discipline :

Si les 3 valeurs fondamentales du rugby sont le respect, l'engagement et la solidarité, quelles seraient celles du horseball d'après toi?

Voilà les quelques réponses que j'ai obtenues :

Philippe Durand (père de joueur et webmaster de horseball.fr) : Celles du rugby me conviennent tout à fait ! Étant entendu qu'on doit les lire également dans la dimension du rapport avec le cheval.

Manuel De Prado (chef d'équipe Horseball Palencia) : Amitié, amour du cheval et "style life".

Wilfried Wigniez (joueur Amateur Elite à Gif sur Yvette): Fair-play, solidarité, convivialité, que ce soit pour les joueurs ou les chevaux.

Sami Chahba (joueur chambérien de l'équipe de France -16ans): Pour moi ce seraient les memes : deux sports magiques!

Thomas Datin (joueur Pro à Agon-Coutainville) : Je dirais l'engagement, la complicité (avec sa monture) et l'esprit d'équipe.

Gildas Lefort (arbitre international) : Les 3 valeurs du rugby me plaisent assez... J'ajoute juste que l'engagement doit être raisonné car on engage non seulement soi-même, mais aussi son cheval et celui de ses adversaires et partenaires.

Claire Ferry (joueuse canaulaise de l'équipe de France Féminine) : Respect aussi c'est incontournable... Respect de ses coéquipiers, de ses adversaires, de son cheval, de l'arbitre, des spectateurs. Persévérance et complicité(avec son cheval et ses coéquipiers). En voilà 3 mais solidarité c'était bien aussi!

Amy Sheridan (joueuse de horseball en Australie) : Horseball represents excellent horsemanship, talent and dedication!

Valentine Désormeaux (joueuse Cadet à Bordeaux Brandeau) : Je pense que les trois valeurs fondamentales, sont quasi identiques : le respect (du cheval et des adversaires), la solidarité (dans le jeu, il faut être plusieurs à jouer et s'entre-aider), et, là ça change, l'équilibre (car un cavalier sans equilibre est très en difficulté)

Merci à vous qui avez pris quelques minutes pour me répondre. On observe donc un penchant général pour les valeurs rugbistiques, probablement encouragé par la formulation de la question. Autant je comprends qu'on adhère au respect et à la solidarité qui sont 2 valeurs naturelles des sports collectifs, autant je me sens plus mal à l'aise avec l'engagement. L'engagement signifie la recherche du point de rupture pour être en mesure de donner son maximum. A l'avant comme à l'arrière, les meilleurs rugueux se donnent à 100% en dépit des risques, mais cette attitude guerrière est-elle applicable à nous autres horseballers? Dans une certaine mesure, c'est certain... mais il convient de ménager une marge de sécurité pour préserver nos chevaux, non? En ce sens, l'engagement ne me parait pas être une valeur primaire du horseball, la sécurité des montures primant sur le reste.

Pour ma part, si je devais incarner le horseball en 3 valeurs, ce serait :

Humilité : Tout simplement parce que nos chevaux savent nous remettre à notre place quand il le faut, et que nos carrières sportives sont d'éternels recommencements à chaque changement de compagnon de jeu ou d'équipe, et cela même pour le meilleur joueur du monde.

Excellence : A cause de cette ambivalence entre sport collectif et sport individuel qui nous pousse à parfaire notre technique équestre et individuelle, sans oublier cette pointe d'esthétisme et de pureté que l'on cherche tous, à cheval comme au ballon. L'équitation est un art, le horseball en est une expression parmi d'autres.

Tolérance : Bien plus souvent que dans les autres sports, on est amené à devoir accepter une défaillance d'un coéquipier qui n'est pas au top avec son cheval, une décision de l'arbitre que l'on ne comprend pas, un geste de l'adversaire qui ne semble pas approprié... Tout simplement parce que notre jeu va vite, bien plus vite que tous les autres sports collectifs où les joueurs n'ont que leurs jambes pour se déplacer.

Bref, voilà les vertues cardinales que je mettrais en avant si j'avais le super-pouvoir de guider le développement du horseball... Malheureusement, ce n'est pas le cas, et je ne suis même pas certain que le monde du horseball ait réellement des valeurs universelles. J'ai souvent la sensation qu'on a le c*l entre 2 chaises, sport collectif d'un côté et équitation de l'autre, la fesse posée plus ou moins d'un côté ou de l'autre en fonction des régions et des cultures. Pourtant, ça nous aiderait à avancer de nous regrouper derrière des valeurs communes, non? Et vous? Qu'est-ce qui vous inspire quand vous jouez?

01 fév.

Baptiste Vignal : "La région a une génération dorée"

Il se dit que le début de saison est toujours difficile pour les saumurois, mais il semble encore plus dur cette saison avec seulement une victoire sur 4 matchs... Et surtout, 2 défaites contre les 2 promus! Pour en savoir plus, j'ai logiquement contacté Baptiste Vignal, joueur saumurois reconnu par Johann Pignal comme l'homme à interviewer. L'occasion aussi d'en savoir un peu plus sur ce qui se passe en Pays de la Loire, région qui présente 3 équipes en Pro Elite cette saison, fait suffisamment rare pour mériter d'être noté.

Horseball Baptiste Vignal SaumurPour commencer, le fond musical choisi par mon invité... C'était écrit! Comprenne qui pourra ;o)

Comment vont les troupes après ces 2 défaites en Avignon?

Baptiste Vignal : Et bien, difficile à dire. Il y a certes une énorme déception après de tels résultats. Mais malgré cela l'ambiance reste bonne entre les joueurs et l'entraineur. Nous restons persuadé qu'il s'agit d'une mauvaise passe que nous allons surmonter.

Est-ce que vous avez des pistes sur la manière dont vous allez la surmonter? Stratégie? Cavalerie? Mental?...

Baptiste Vignal : Premier point, je ne pense pas que les problèmes viennent de la cavalerie. Pour le reste il va falloir prévoir des ajustements au niveau de la stratégie et de la façon dont nous abordons les matchs. Ce qui est certain c'est que notre jeu était basé essentiellement sur zéro déchet cumulé avec une bonne ligne de touche et une défense efficace.
Pour l'instant notre touche est toujours performante en attaque et peut mieux faire en défense. Notre défense est passée au travers sur certaines de nos défaites. Et des déchets trop important sur tous nos match depuis le début de saison font que les victoires nous fuient. Les axes de travail sont donc sur la rigueur .

Avec vos adversaires du week-end, Nantes et Angers, ça fait 3 équipes des Pays de la Loire en Pro Elite cette saison. Qu'est-ce qu'il se passe dans votre région qui explique autant de réussite?

Baptiste Vignal : La région a une génération dorée sur dix ans . On a pu le voir avec les championnats moins de 21 ans. Par la suite ces joueurs ont également pu passer le cap des championnats jeunes grâce à une politique de promotion/formation présente dans les trois clubs. Il y a également une entente réelle entre les clubs et le partage des connaissances a lieu. Pour le reste ne vous inquiétez pas il va falloir attendre un moment avant d'en voir arriver une quatrième!

C'est peut-être aussi ce partage qui a permis à Angers et Nantes de vous battre, la fougue de la jeunesse aidant, non? Question qui taquine : Seriez-vous sur le déclin alors qu'ils sont en pleine ascension?

Baptiste Vignal : Le déclin peut être! Sic! Non, plus sérieusement, la moitié de l'équipe est plus jeune que tous les joueurs d'Angers : rien à voir avec l'âge! Les nantais, quant à eux, sont encore inconstants mais montrent de belles promesses pour l'avenir. Peut-être un podium Saumur, Angers, Nantes dans les prochaines saisons !

Dernière question, pour la polémique : as-tu cotisé à l'ANDADHB (asso des arbitres)? Que penses-tu de cette initiative?

Baptiste Vignal : Pas d' adhésion pour l'instant ... Si cela peut permettre aux arbitres de fournir un arbitrage cohérent tout au long de la saison tant mieux. Il y a tant a dire sur cette question..... Ce qui est sur c'est qu'on a besoin d'eux pour jouer !
Petit clin d'oeil a Johann j'accepte sa proposition de "dream team" avec plaisir !

Merci Baptiste, tu es largement à la hauteur de la dream team qu'avait évoqué Johann... pour les interviews du moins ;o)

17 janv.

Johann Pignal : "Ne pas sous-estimer nos adversaires"

Après une longue trève, la saison de Pro Elite reprend le week-end prochain en Avignon. Après 4 titre consécutifs, Chambly a connu une période de transition durant les 2 dernières saisons, période qui pourrait prendre fin cette année si les camblysiens poursuivent le championnat comme ils l'ont débuté avec rigueur et régularité. Pour savoir un peu comment se présentent les choses dans l'Oise, j'ai posé quelques questions à l'un des piliers (pas par la taille bien sûr!) de cette équipe, Johann Pignal.

Horseball Johann Pignal Mon DauphinPour commencer, le fond musical choisi par mon invité :

Après 2 victoires lors du tour de chauffe à Poitiers, vous bénéficiez d'un second round sans affronter les prétendants au podium. Quel est l'objectif du week-end en Avignon?

Johann Pignal : L'objectif est simple: ne pas sous-estimer nos adversaires pour ne pas perdre de points. Nous savons que la fin de championnat peut se jouer à 1 point donc nous ne prenons pas ce week end à la légère. Ensuite si nous pouvons nous servir de cette étape pour engranger de la confiance et mettre la pression sur nos concurrents directs et autres prétendants "au podium", nous n'hésiterons pas.

Chambéry est un adversaire que tu connais bien, mais ce n'est pas le cas du Roumois. Quelle impression t'ont-ils fait à Poitiers? Comment appréhendez-vous ce match avec tes coéquipiers?

Johann Pignal : Ils nous ont vraiment impréssionné, on ne s'attendait pas à autant de rigueur de la part d'un promu. Ils ont fait preuve d'expérience et ont montré qu'ils pouvaient battre ou accrocher les grosses cylindrées du championnat.
Nous sommes très motivés car nous savons qu'il ne faut pas faire l'erreur de les prendre à la légère. Le match risque d'être serrer, nous voulons imposer notre jeu et nous servir de notre expérience en Pro Elite pour faire la différence. Une chose est sure, nous nous donnons toutes les chances possibles pour l'emporter.

Depuis quelques saisons, on entend régulièrement parler de l'ambiance un peu tendue de l'équipe première de Chambly. Qu'en est-il pour cette saison? Solidarité? Emulation? Les deux... ou autre chose?

Johann Pignal : Ce qui a fait la force de Chambly était la présence de compétiteurs dans l'équipe une. Mais il est vrai que trop de forts caractères au sein d'une même équipe peut finir par lui nuire.
Après avoir perdu le titre nous avons créé une équipe avec des personnalités différentes (clowns, organisés, hypertendus, décontractés...) mais complémentaires et prêtes à mettre leur orgueil de côté au service du groupe.
Pour cela le renfort de jeunes (et moins jeunes) joueurs nous a été particulièrement bénéfique. L'ambiance de l'année dernière est peut être le seul point positif de cette décevante saison. Aujourd'hui le groupe vit très bien, avec sept joueurs prêts à tout donner pour l'équipe, et cette ambiance nous donne encore plus envie de nous surpasser.

Pour finir, question casse-tête : si tu devais choisir un joueur dans chacune des 7 autres équipes de Pro Elite pour faire une dream team, lesquels tu prendrais avec toi, et pour quelles raisons? Raisons sportives ou pas, c'est toi qui choisis!

Johann Pignal : A Bordeaux, Benjamin Depons car c'est le meilleur meneur français.
A Arles, Nicolas Thiessard car c'est le meilleur relais que je connaisse et je suis sur qu'il ne voudra pas me piquer mon numéro.
A Nantes, Edouard Goisbault pour la touche de jeunesse.
A Angers, Benjamin Dehaumont car il faut quand même un peu de taille.
A Chambéry, Julien Cabirol car ses lunettes sont cools.
Au Roumois, Gildas Mabilais pour animer nos soirées.
A Saumur, Baptiste Vignal car je l'imagine déjà répondre aux interviews.

Merci Johann, en te souhaitant un week-end dans le sud "aussi sympa qu'une passe dans le dos" ;o)

07 janv.

Denis Boulard et les incorruptibles!

La FFE a décidé de ne plus défrayer nos officiels de compétition, alors nos arbitres s'organisent. Le bruit courrait dans les couloirs des écuries depuis quelques mois, et en cadeau de noël, le père noël a offert  à notre discipline l'Association Nationale Des Arbitres De HorseBall. Pour faire le point sur les enjeux de ce projet, j'ai posé quelques questions à Denis Boulard, trésorier de cette jeune et prometteuse institution.

Horseball Association Nationale Des Arbitres De HorseBall Denis BoulardNotre invité n'aillant pas l'âme d'un mélomane, il m'a laissé le choix du morceaux de circonstance (tant pis pour vous!) :

Sur le plan matériel, les organisateurs de matchs de horseball sont déjà habitués à trouver les coordonnées des arbitres, à récupérer du matériel et à fournir des chevaux. A court terme, la ANDADHB va principalement devoir se frotter au problème du défraiement des officiels de compétitions qui n'est plus assuré par la FFE. Comment comptez-vous aborder ce sujet?

Denis Boulard : Le rôle de l'association n'est pas de se substituer à l'organisateur mais de se rapprocher de lui pour lui fournir des arbitres compétents.
Pour le défraiement des arbitres, les organisateurs ont déjà augmenté les engagements ce qui permet de défrayer les arbitres. Cela pourrait passer directement par l'association pour qu'elle gère le défraiement.
Le rôle de l'association est de venir en aide à l'organisateur et au horseballeur en assurant des arbitres au niveau et des formations parallèles sur les week-ends.

Tu parles de formation et les joueurs réclament encore et toujours un arbitrage plus homogène. Quelles sont les actions prévues sur ce sujet à brève échéance?

Denis Boulard : Nous sommes quelques un à y travailler depuis plusieurs années, Je pense que de gros progrès ont été fait.
Si les moyens nous le permettent nous ferons des échanges dans les régions et utiliserons les grands rendez-vous pour faire passer des niveaux.

Et d'où proviendront ces moyens? Partenariats ou cotisations? D'après toi, qu'est-ce qui va pousser le petit monde du horseball à soutenir ce projet?

Denis Boulard : On a chargé quelqu'un de s'occuper des sponsors éventuels.
Je suis issu de ce petit monde. Pour l'instant j'ai la foi, Je marche pour que cela change, nous avons été trop souvent pas très bien arbitré a l'époque, nous voudrions apporter quelque chose de positif, Nous pensons que c'est le moment.

Est-ce que tous les arbitres National Elite sont membres de l'association? Est-ce qu'il y a déjà des intéractions engagées entre la FFE et l'ANDADHB? Si oui lesquelles?

Denis Boulard : Tous les arbitres élites et nationaux sont avec nous, pour l'instant non cotisant, mais c'est tout neuf, Le premier adhèrent c'est Laurent lafont, Au niveau de la fédé, il y a une réunion vers la mi-janvier à Lamotte Beuvron, on en saura plus.

Pour conclure sur une question bien plus piégieuse : tu préfères être joueur ou arbitre? Et pas de langue de bois!

Denis Boulard : Tu sais, sur 25 ans de ballon, j'ai dû arbitrer pas loin de la moitié.
La seule chose : il est évident que quand tu es joueur, tu as beaucoup d'amis, un peu moins quand tu es arbitre, Maintenant, en temps que joueur, j'ai eu une bonne carrière, mon cœur va vers le joueur.

Merci Denis, et bon courage pour lancer l'ANDADHB!

09 déc.

Gaëlle Le Bris : "Un peu rouillée"

A quelques jours heures de l'étape parisienne du championnat Pro Elite Féminin, première étape réunissant les 8 équipes pour représenter le horseball au Salon du Cheval de Paris Nord Villepinte, entretien rapide avec Gaëlle Le Bris, chambérienne sur le retour, qui signe un bon début de saison avec ses coéquipières savoyardes.

Horseball Gaëlle Le BrisCommençons par mettre un petit fond sonore choisi par notre invitée :

Après quelques saisons sabbatiques à peaufiner ta résistance à la 3ème mi-temps dans les brasseries belges, pas trop difficile de se remettre à jouer les 2 premières sur le terrain?

Gaëlle Le Bris : Oh presque négligeable... A peine 7 jours pour se remettre d'un entraînement, prouesse de stabilité lors du premier match! Je pense que ces 4 années ont été comme un bol d'air frais pour moi, une sorte d'entraînement pour une meilleure reprise.
Non... sans rire! C'était horrible le début... Cela dit, j'attends qu'on vienne me défier sur la 3ème mi-temps !

Le trio des soeurs Le Bris est donc reconstitué à Chambéry, est-ce gage de gros objectifs pour la saison? Que valez-vous face aux collectifs adverses d'après toi?

Gaëlle Le Bris : Constitué pour la première fois même, alors difficile de savoir ce que ça va donner... Après, à trois face aux collectifs adverses, on n'ira pas bien loin, donc pour le "gros objectif" on est bien 6 à s'impliquer.
Que le meilleur collectif gagne !!

Vous aviez très bien débuté la saison, mais vous avez dû vous incliner face aux roses d'Agon. Comment ont-elles fait la différence pour vous battre?

Gaëlle Le Bris : Je pense que les joueuses nous intimident un peu !!!!
Le classement montre qu'on a en effet assez bien commencé mais notre jeu n'est pas encore bien calé. On gagne d'un petit point, ric-rac, contre Bellegarde, encore plus ric-rac contre Gif le lendemain, un peu mieux face à Chambly mais un peu la cata contre Agon. Elles ont été meilleures cette fois là : bon collectif, bonne cavalerie, bonnes joueuses. Ca ne pardonne pas d'etre à côté de ses bottes dans ce genre de match, espérons que ça n'arrive pas encore la prochaine fois !!
En étant un peu plus régulières sur un match, ça serait un peu mieux pour nous tout de même.

Ce week-end, il va falloir aller prendre des points à Barneville, les promues normandes qui font forte impression, et à Lacanau qui vise le podium. Comment vas-tu aborder ces 2 matchs?

Gaëlle Le Bris : En pleine forme! Les 2 equipes me paraissent plutôt pas mal mais je nous qualifie de la meme manière, alors voyons ce que ca donne dans la pratique.

Question un peu plus philosophique : comment caractérises-tu ta manière de jouer actuellement? Et surtout, comment aimerais-tu jouer dans un monde idéal?

Gaëlle Le Bris : Je la qualifierais d'un peu rouillée, mais qui commence gentillement à revenir à un état normal. Dans un monde idéal il faudrait que tout ce je fasse marche et que mon cheval idéal soit un poil plus réceptif à mes gros biscotos. Mais ce ne serait plus très marrant si je savais tout faire...

Merci Gaëlle! En te souhaitant que les soeurs Le Bris deviennent à la Pro Elite Féminine ce que sont les frères Depons à la Pro Elite ;o)

20 oct.

Marianne Le Corre : saut de puce en Picardie!

La trève estival est le théatre du mercato horseballistique. Alors qu'on la pensait indéboulonnable à Chambly, Marianne Le Corre a décidé que sa carrière allait faire un crochet par Pasly. Equipe de France féminine, Pro Elite Mixte et Féminine, Marianne fait partie des joueurs les plus expérimentés du circuit Pro. J'ai voulu en savoir plus sur les raisons qui ont motivé son choix pour la saison 2010-2011.

connait le haut niveau depuis des annéesCommençons par mettre un petit fond sonore choisi par notre invitée :

Après des années sous les couleurs de Chambly, tu as décidé de changer de crèmerie cette saison en rejoignant Pasly. Pourquoi ce choix : marre de l'accent picard camblysien ou séduite par Denis Boulard*?

Marianne Le Corre : Les deux bien sûr! Les caps à passer dans une vie commune n'ont finalement rien à voir avec des histoires de libido... Dans mon cas, après le cap des 7 ans (et la mise en retraite de MON cheval Ashgari), le doute s'est installé. Après celui des 10 ans, une irrésistible envie de changement s'est imposée. La politique camblisienne a évoluée pendant tout ce temps, mes attentes également avec l'age, et pas forcement dans les mêmes directions.
Il était donc temps de tenter autre chose et l'accent picard de Pasly est légèrement différent de celui de l'Oise (la vraie raison est bien évidemment mon attirance incontrôlable pour Monsieur Boulard, mais ayant sérieusement peur de me prendre une soufflante par Pascale, je préfère mentir sur mes motivations).
J'ai mis mon dernier cheval en pré-retraite anticipée pour des raisons de dos en carton et de débilité mentale légère après Jardy, et ayant créé mon entreprise au printemps, des contraintes temporelles et financières ont précipité ce départ. De plus, les conditions paslysiennes qui me permettent de continuer malgré tout de jouer en Pro mixte étaient plus qu'aléchantes.

Quels sont tes objectifs à Pasly? Tu parles de jouer en Pro Mixte, est-ce toi qui a mis Wilfried Wigniez** à la porte, l'obligeant à migrer en Amateur Elite avec Gif?

Marianne Le Corre : Le résultat d'un travail de longue haleine m'a même permis de mettre les DEUX frères Vigniez dehors (en calant le premier avec un des membres de la bourriche*** loin de Soissons, et pour l'autre il a fallu que je paie le jury du bac). Mais ils ont malgré tout trouvé un port d'attache, ce qui limite sérieusement mon sentiment de culpabilité.
L'objectif principal est de retrouver l'envie de jouer, de partir sur les week-ends avec mon équipe, et de refaire passer le horse-ball de l'état de "contrainte" à celui de "loisir". Les dernières saisons ont été compliquées, en particulier la dernière, et la confiance en moi s'est petit à petit évaporée. Une nouvelle équipe, un nouveau maillot, de nouveaux coéquipiers, un nouveau cheval et un nouveau coach: ça passe ou ça casse! Je pense qu'il me reste des choses à faire malgré mon grand age, et l'occasion m'en a été donnée, j'ai sauté dessus. Quand aux objectifs en terme de résultats, je n'en ai pas vraiment. Si la sauce prend dans l'équipe ils seront surement au rendez-vous, mais ma priorité reste de me faire plaisir dans une catégorie qui m'est particulièrement chère avec son ambiance souvent très sympathique.

"Les dernières saisons ont été compliquées" : depuis que tu as cessé d'évoluer en Pro Elite Féminine (en 2006 si mes souvenirs sont bons)? Tu continues cependant à jouer en féminine en championnat Amateur. Pourquoi garder le c*l entre 2 chaises?

Marianne Le Corre : Je ne crois pas que mon humble postérieur soit entre deux chaises! Il y a de ça une éternité, le championnat féminin se résumait à un week-end de qualification en ile de france et un week-end final. Pas de quoi faire une saison, mais il était alors facile de faire un championnat féminin et un championnat mixte. Le championnat féminin s'est bien heureusement développé, doucement dans un premier temps. Il a fallu alors faire un choix pour des raisons financières d'une part et par rapport au planning de mon équidé. Il a fallu choisir et à l'époque aux vues des différentes équipes en présence à Chambly, l'option mixte a été une évidence.
Depuis j'ai participé aux championnats féminins de façon plus occasionnelle et mes deux dernières années d'amateur avec des équipes lyonnaises étaient un délire de "vielles de l'époque", c'est à dire de copines qui étions adversaires autour des années 2000, et qui avions envie de passer un peu de temps ensemble, sans s'investir ou s'entraîner. Cependant je suis très heureuse de constater que le championnat féminin montre enfin un vrai visage, et je ne cache pas que la possibilité de repartir en féminine si je n'avais pas rejoins Pasly m'a fortement traversé la tête... Il aurait certainement été plus raisonnable de faire ainsi, mais je ne suis pas quelqu'un de très raisonnable...
Cela dit, il est possible que je fasse quelques matchs en début de saison avec l'équipe amateur féminine, d'une parce qu'elles sont seulement 5, et surtout car mon nouveau partenaire de jeu, Oceanit, manque encore un peu de métier et nous nous connaissons à peine depuis 15 jours. L'occasion donc de nous découvrir un peu plus avant Montpellier.

La bourriche d'huîtres qui avait vendu du rêve à Saint Lô en 2009 n'évoluera donc jamais dans un championnat officiel?

Marianne Le Corre : Le test du NHS 2009 a mis en évidence une réalité: la bourriche* est totalement incapable du moindre sérieux! Sur 3 entraînements prévus avant de partir à St Lo, 2 se sont transformés en activité piscine-punch... Il ne serait donc pas raisonnable de nous réunir à long terme. Pourtant l'idée a en effet germé plusieurs fois, notamment sur la fin de saison dernière: un échange de place d'un commun accord interne en Ile de France aurait pu permettre à Galbaux de tenter ses chances en Amateur élite et d'essayer de monter en Elite féminine. Une bonne partie de la bourriche serait alors sans aucun doute partie sur ce championnat. La FFE a refusé et chacun a poursuivi sa route, d'autant plus que ce n'aurait pas été simple logistiquement parlant. Depuis l’huître calibre 6*** évolue en International de complet. Reste à savoir si nous réussirons à la repécher un jour, ainsi que sa groomette de luxe calibre 5***, pour un autre tournoi comme le NHS. Ce serait un plaisir immense mais ça restera certainement pour des rencontres amicales malheureusement...

Pour finir, qu'est-ce que tu aimerais dire à tes nouveaux coéquipiers?

Marianne Le Corre : Des siècles sur et autour des terrains m'ont bien évidemment apporté une sagesse infinie et telle Yoda je peux la leur faire partager au travers des 10 commandements suivants (les derniers étant légèrement plus ciblés Pasly...) : 

  1. Du résultat final et de l'avenir point trop tu ne te soucieras, de chaque instant à l'entrainement ou en week-end tu profiteras. (sinon 3ème après avoir mené toute la saison tu termineras...)
  2. "Sans contrôle la puissance n'est rien" ce dicton tu comprendras.
  3. Profiter des compétences, du savoir et de l'expérience de chacun tu devras.
  4. Quel que soit le résultat, après le match avec ton équipe une bière tu boiras.
  5. De ta monture grand soin tu prendras.
  6. Tes ainés et les femmes (et encore plus les deux en même temps) tu respecteras.
  7. De ceux qui ont un peu de mal à imprimer le jeu paslysien pour l'instant tu te soucieras et tu excuseras.
  8. Prendre des décisions une fois pour toutes tu devras.
  9. Les plus lents à préparer ou à dépréparer tu attendras.
  10. Une bouteille de blanc parmi les courses de l'apéro du jeudi tu n'oublieras pas****

Sinon je leur dis un grand merci pour l'accueil au sein du club. Je suis ravie de jouer avec eux et j'espère que le potentiel évident de ce groupe arrivera à prendre forme et que le plaisir de jouer ensemble suivra.

Il me semble que même le premier commandement est très "ciblé Pasly"! Bonne saison à toi dans cette nouvelle écurie ;o)

Notes :
*    Denis Boulard : coach de Pasly pour ceux qui ne le connaîtraient pas...
**   Wilfried Vigniez : joueur de Pasly en 2009-2010 avec son frère Dimitri
*** bourriche : Référence à la sélection féminine parisienne qui a participé au tournoi international organisé à l'occasion du Normandie Horse Show 2009 sous les couleurs de leur partenaire "les Huîtres de Normandie" (CQFD!). Cette équipe était composée de Marianne Le Corre, Corinne Perrot, Clémence Lamothe, Noémie Duracher, Laure Malègue (calibre 5) et Séverine Lafont (calibre 6). Très attendue, cette équipe avait réalisé une bonne prestation sur le terrain (sans trop d'entraînements) et à la buvette (avec une bien meilleure préparation).

27 sept.

Les roumistes, armoires normandes à prendre à la légère?

Le début de la saison 2010-2011 en Pro Elite est imminent (30-31 octobre à Poitiers), j'ai eu envie de savoir comment on se sentait dans les bottes d'un promu à quelques jours de l'échéance. Gérald Ratel et Guillaume David, roumistes de la première heure, se sont gentillement prêtés à une petite interview pour que j'arrive à mes fins.

Lire la suite...

12 oct.

[Interview] Sernin Pitois - "il faut qu’on ressoude le but dans le manège"

Chef de file des roses avec sa compagne Marie Quétier, Sernin Pitois est un joueur de haut niveau, mais aussi un activiste de premier plan dans la croisade du développement horse-ballistique. Son ouvrage à vocation pédagogique, "99 exercices de Horse-Ball", vient de paraître. C'est donc l'occasion de lui poser quelques questions pour connaître le "pourquoi du comment de la chose"...

HBall.info : Aujourd’hui, dans la plupart des régions, une minorité d’écuries "spécialisées" dans le horse-ball fédèrent la majorité des joueurs, concentrant ainsi le savoir dans un nombre limité de clubs et ne laissant pas beaucoup de place aux nouvelles structures. Ta démarche avec ce manuel des 99 exercices de HB nage à contre-courant avec cette tendance de développement puisque tu proposes un support pédagogique pour les équipes qui veulent se lancer. Es-tu d’accord avec cette analyse ? Quels conseils prodiguerais-tu au responsable d’un club qui veut se lancer dans le HB face aux clubs expérimentés ?

Sernin Pitois : Le nombre d’équipes est en pleine progression. En 2005, 148 équipes jeunes au Grand Tournoi, en 2008 : 200 équipes! A Jardy 2008, on avait 79 équipes. Les catégories "club" sont aussi en nette progression. Il n’y a que les féminines qui progresse plus doucement.

C’est une évidence que certaines écuries vont se spécialiser dans "le haut niveau", d’abord parce qu’ils en ont l’expérience, mais aussi et surtout parce que le fonctionnement de leur association est fait pour. Une équipe PRO n’entre plus dans le cadre du fonctionnement "club". Ce sont des propriétaires qui doivent travailler ensemble. L’utilisation de la carrière, du camion complique la cohabitation club et équipe de haut niveau. Il faut gérer les recherches de partenaires et les demandes de subvention. Bref, c’est un travail à part entière qui n’est souvent pas dans les orientations du club. Un club peut éventuellement vivre avec une équipe Amateur Elite, et encore avec le nouveau système faudra voir.

C’est donc normal que des écuries "spécialisées" fédèrent les meilleurs joueurs. Mais attention ! Combien on fait leurs premières armes dans ce même club? Combien y a-t-il de clubs engagés dans les régions où le HB n’est qu’une discipline parmi tant d’autres? Combien de clubs ont un panier brinquebalant dans le manège? Combien ont un vieux ballon avec des anses qui traine dans la sellerie?

L’objectif du bouquin n’est pas que les jeunes horse-balleurs aillent faire de la compétition, mais plus que le moniteur ait de la matière pour enseigner cette discipline, qu’on ressoude le but dans le manège, et qu’on répare le ballon. C’est de ceux là dont il faut s’occuper… aussi! Donc oui, il va y avoir de grosses associations de "haut niveau", "spécialisées", ce qui serait souhaitable c’est quelle soit bien réparties. Et il faudra aussi une multitude de "centres de formation" sous forme de clubs dont le HB est une activité parmi les autres. Ceux qu’il faut convaincre de l’intérêt du HB, ce sont les personnes clés, les dirigeants et moniteurs de club, ceux qui sont en contact direct avec les cavaliers, et qui offrent à leurs clients ce qu’ils veulent vendre...

Alors le peu de conseil que j’aurais à prodiguer aux professionnels de la formation, ça donnerait à peu près ça :

Le HB est facilement abordable et ludique. Il répond parfaitement à l’évolution et l’ouverture du monde équestre. Rapidement vos cavaliers ressentiront le besoin de progresser en équitation traditionnelle. Et là, vous aurez gagné! Je connais des clubs où est vendu : un entraînement par semaine avec une reprise de plat, et ça passe très bien. J’ajouterais qu’il ne faut pas prendre les grosses écuries de horse ball pour vos rivaux mais au contraire comme la juste récompense, lorsque l’un de vos élèves rejoint ce haut niveau, de votre travail de formation. Et l’écurie de haut niveau vous en est reconnaissante, car la formation est un travail long et rigoureux dont vous êtes les spécialistes. Le manuel 99 exercices de horse ball est juste là pour servir d’outil au personnel pédagogique du club, en ayant des exercices à votre disposition pour élargir vos services au sein du club, et gagner un peu votre vie avec le HB…

HBall.info : Merci Sernin d'avoir pris de ton temps pour répondre à ces quelques questions :o)

Episode précédent

09 oct.

[Interview] Sernin Pitois : "si on avait la science infuse, nous serions ravis de vous en faire part"

Chef de file des roses avec sa compagne Marie Quétier, Sernin Pitois est un joueur de haut niveau, mais aussi un activiste de premier plan dans la croisade du développement horse-ballistique. Son ouvrage à vocation pédagogique, "99 exercices de Horse-Ball", vient de paraître. C'est donc l'occasion de lui poser quelques questions pour connaître le "pourquoi du comment de la chose"...

HBall.info : Cet ouvrage est... rose! C'est donc une pierre de plus à l'édifice du horse-ball "fun et sucré". Tu le dis toi-même, "la pertinence des exercices n'engage que moi, elle est très critiquable", mais cela n'empêche pas qu'on entend souvent, au détour des buvettes, que Coup d'Envoi cherche à s'approprier la discipline, et parfois même que vous pensez avoir la science infuse. Que penses-tu de ces remarques?

Sernin Pitois : D’abord je n’ai aucun avis sur les remarques de buvette surtout de horse ball.

Oui, c’est une pierre de plus à l’édifice du horse-ball "fun et sucré", même si le manuel n’est pas trop fun. Mais des pierres, on en a encore. Qu’il ait un liseré rose... mais quelle couleur aurais-je du mettre? Une petite explication sur la couleur s’impose, maintenant : au début du rose, nous voulions développer le horse ball de façon universelle à l’image que nous considérions comme la plus adaptée pour ce développement. Mais notre seul moyen d’action était notre groupe, nous avons choisi notre "totem" : le rose. Nous l’exploitons à fond, c’est un merveilleux outil de communication, qui est fédérateur, alternatif et provocateur à l’image du horse-ball. Le horse ball n’est plus en noir et blanc! Et si le rose dérange, qu’il fait parler de lui, c’est que l’on a réussi quelque chose.

Evidemment que l’on cherche à s’approprier notre sport, n’importe quel sportif doit tenter de s’approprier son sport afin d’exceller. Ce qui peut gêner, c’est que notre motivation n’est pas pour notre propre intérêt, mais nous voulons et rêvons de développer le horse ball en gardant notre vision humaniste sur la discipline. Nous on vit d’amour et d’eau fraiche, quoi qu’une bière avec Baskit ne soit pas de refus.

Et si on avait "la science infuse", nous serions ravis de vous en faire part. Vous verrez que dans le manuel, je ne me suis pas étendu sur une description technique des gestes, ce qui manque évidemment. Il y a des personnes bien mieux placées que moi pour le faire. Mais sachez que si personne ne le fait, alors j’entamerai ce travail de description. Si un jour quelqu’un pensait avoir la "science infuse", il ne donnera certainement pas ses recettes! Ca vous rappelle certains?

Comme quoi j’ai raison, "les remarques de buvette" c’est fait pour faire marcher la buvette et tant mieux pour l’organisateur! Laissez-moi rêver…. de votre bonne foi…

Episode précédent

A suivre...

- page 1 de 2