Après une longue trève, la saison de Pro Elite reprend le week-end prochain en Avignon. Après 4 titre consécutifs, Chambly a connu une période de transition durant les 2 dernières saisons, période qui pourrait prendre fin cette année si les camblysiens poursuivent le championnat comme ils l'ont débuté avec rigueur et régularité. Pour savoir un peu comment se présentent les choses dans l'Oise, j'ai posé quelques questions à l'un des piliers (pas par la taille bien sûr!) de cette équipe, Johann Pignal.

Horseball Johann Pignal Mon DauphinPour commencer, le fond musical choisi par mon invité :

Après 2 victoires lors du tour de chauffe à Poitiers, vous bénéficiez d'un second round sans affronter les prétendants au podium. Quel est l'objectif du week-end en Avignon?

Johann Pignal : L'objectif est simple: ne pas sous-estimer nos adversaires pour ne pas perdre de points. Nous savons que la fin de championnat peut se jouer à 1 point donc nous ne prenons pas ce week end à la légère. Ensuite si nous pouvons nous servir de cette étape pour engranger de la confiance et mettre la pression sur nos concurrents directs et autres prétendants "au podium", nous n'hésiterons pas.

Chambéry est un adversaire que tu connais bien, mais ce n'est pas le cas du Roumois. Quelle impression t'ont-ils fait à Poitiers? Comment appréhendez-vous ce match avec tes coéquipiers?

Johann Pignal : Ils nous ont vraiment impréssionné, on ne s'attendait pas à autant de rigueur de la part d'un promu. Ils ont fait preuve d'expérience et ont montré qu'ils pouvaient battre ou accrocher les grosses cylindrées du championnat.
Nous sommes très motivés car nous savons qu'il ne faut pas faire l'erreur de les prendre à la légère. Le match risque d'être serrer, nous voulons imposer notre jeu et nous servir de notre expérience en Pro Elite pour faire la différence. Une chose est sure, nous nous donnons toutes les chances possibles pour l'emporter.

Depuis quelques saisons, on entend régulièrement parler de l'ambiance un peu tendue de l'équipe première de Chambly. Qu'en est-il pour cette saison? Solidarité? Emulation? Les deux... ou autre chose?

Johann Pignal : Ce qui a fait la force de Chambly était la présence de compétiteurs dans l'équipe une. Mais il est vrai que trop de forts caractères au sein d'une même équipe peut finir par lui nuire.
Après avoir perdu le titre nous avons créé une équipe avec des personnalités différentes (clowns, organisés, hypertendus, décontractés...) mais complémentaires et prêtes à mettre leur orgueil de côté au service du groupe.
Pour cela le renfort de jeunes (et moins jeunes) joueurs nous a été particulièrement bénéfique. L'ambiance de l'année dernière est peut être le seul point positif de cette décevante saison. Aujourd'hui le groupe vit très bien, avec sept joueurs prêts à tout donner pour l'équipe, et cette ambiance nous donne encore plus envie de nous surpasser.

Pour finir, question casse-tête : si tu devais choisir un joueur dans chacune des 7 autres équipes de Pro Elite pour faire une dream team, lesquels tu prendrais avec toi, et pour quelles raisons? Raisons sportives ou pas, c'est toi qui choisis!

Johann Pignal : A Bordeaux, Benjamin Depons car c'est le meilleur meneur français.
A Arles, Nicolas Thiessard car c'est le meilleur relais que je connaisse et je suis sur qu'il ne voudra pas me piquer mon numéro.
A Nantes, Edouard Goisbault pour la touche de jeunesse.
A Angers, Benjamin Dehaumont car il faut quand même un peu de taille.
A Chambéry, Julien Cabirol car ses lunettes sont cools.
Au Roumois, Gildas Mabilais pour animer nos soirées.
A Saumur, Baptiste Vignal car je l'imagine déjà répondre aux interviews.

Merci Johann, en te souhaitant un week-end dans le sud "aussi sympa qu'une passe dans le dos" ;o)