Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Espagne

Fil des billets - Fil des commentaires

14 nov.

Le match qui valait 1€ la minute!

Je n'aurais pas dû publier mes pronostiques sur le déroulement de cette coupe d'Europe, les coachs les ont lu et se sont arrangés pour me faire mentir : les italiens sont venus avec de jeunes joueurs, plutôt incisifs qui plus est, Thomas Dubois n'a pas sélectionné Nicolas Thiessard et Jean-Baptiste Depons contre les belges, Jean-Baptiste a donc été contraint de casser une côte espagnole catalane, les français entament la finale sur un 3-0... Bref, j'avais tout faux ! Je pense que je vais m'abstenir de jouer aux paris sportifs à l'avenir !

Je n'avais pas non plus prévu que la finale du Championnat d'Europe de Horseball dans l'Arena d'EquiSud Montpellier serait payante. Plutôt une bonne nouvelle... si ce n'est qu'il y a fort à parier que ni la FIHB, ni les organisateurs n'en ont vu la couleur. Du coup, la grande majorité des aficionados du horseball ont resquillé pour éviter de débourser les 20€ du ticket d'entrée, acte militant s'il en est qui n'aura probablement pas manqué de redorer le blason de notre discipline. Pour une fois que le horseball était logé à la même enseigne que le CSI***...

La question se pose donc : est-ce que cette finale valait ces 20€ pour 20 minutes de jeu? Essayons de faire l'addition :

  • entame de match parfaite des français avec un 3-0 en quelques minutes : 15€
  • égalisation des espagnols catalans suite à 2 P1 en moins d'une minute : 10€
  • la moustache de François Tessier façon Hulk Hogan : 1€
  • mise sous pression de l'arbitre italien qui ne sait plus trop ce qu'il fait là : -5€
  • les insultes et autres sifflets qui fusaient dans les tribunes françaises et espagnoles : -5€
  • le travers défensif de Guillem Tana Montero qui couche son cheval : -10€
  • les shoots freestyles forcés et ratés de Romain Depons et Nicolas Thiessard en fin de match : -5€

Au final, un match évalué à 1€ symbolique, vendu 19€ de trop... 19€ pour lesquels on n'a même pas pu se consoler sur le CSI*** où Pénélope Leprevost ne va pas au barrage, où Le Prestige St Lois de Hus, le cheval de Kevin Staut, ne cesse de donner des coups de cul, et où le vainqueur, Touchable, sous la selle de Claudia Gisler, est probablement le cheval le plus moche de la compétition.

En dehors de tout ça, même si j'ai assisté à un match de horseball moyen (comme souvent les finales...) géré par un arbitre dépassé (à quand des formations internationales à Jardy par exemple?) dans une tribune de hooligans (pourquoi tant de haine?), la France est encore championne d'Europe... mais jusqu'à quand? En attendant ce jour là, nos internationaux devraient chouchouter un peu plus leur public (et pas uniquement parce que les espagnols viennent saluer les tribunes!) et respecter un peu plus leurs adversaires (dans tous les sports engagés, on met autant de pions que possible plutôt que d'essayer de faire le show en fin de match), ça servira l'équipe de France quand elle ne sera plus suffisante...

03 nov.

Pourquoi nous allons être champions d'Europe!

Horseball Equipe de France Equi-Sud MontpellierLes portugais sont forfaits pour ce championnat d'Europe 2011 et concentre toute l'attention du petit monde du horseball. Conscients qu'ils ne gagneraient pas encore cette année, ils ont choisi de s'en prendre à la FIHB pour rentrer enfin dans l'histoire du horseball international en tentant de donner le coup de grâce à cette instance en fin de vie. Mais plutôt que de s'intéresser à ceux qui se débinent, essayons un peu d'imaginer comment va se dérouler le 16ème sacre européen de l'équipe de France à Equi-Sud Montpellier!

10 novembre : France vs. Italie

Thomas Dubois (ou Raphaël Soubes, je ne sais plus!) décide de laisser dans les tribunes Romain Depons et Mikel Le Gall, nos meilleurs gaziers. De toute façon, même avec les bleuets, on ne devrait pas avoir de problème pour se débarrasser de cette équipe italienne qui n'a jamais réussi à se renouveler depuis 10 ans. Après quelques minutes de chauffe, les français prennent logiquement l'ascendant sur les italiens. Mais comme c'est le début de la compétition et qu'on ne s'est pas trop mis la pression, Benoît Lévêque et François Tessier enchaîne les tirs manqués. Heureusement, les italiens sont trop vieux pour être présent au ramassage, donc Maël Goisbault récupère tous les ballons au sol et Jérôme Hadjout pallie au manque de réussite de ses coéquipiers en venant shooter sous le cerceau. En seconde mi-temps, les italiens sont rôtis et les français ont ajusté le viseur. Le match se termine sur le score sans appel de 8-1, Jean-Baptiste Depons aillant marqué contre son camp sur un moment d'inattention probablement imputable au manque d'intensité du match.

Lors de l'autre match de la journée, les espagnols catalans jouent les belges dans un match de bouchers. Les spectateurs néophytes ne comprennent rien et pensent que pour gagner, il faut foncer droit sur un défenseur en travers puisque tous les buts ont été marqués sur des P1. Les espagnols catalans sortent vainqueurs de cette rencontre, 3 chevaux boiteux  à 2. Les français, encore au complet jubilent dans les tribunes!

11 novembre : France vs. Espagne Catalogne

Gros match qui ne tient pas ses promesses. Les espagnols catalans ont seulement 5 chevaux valides et ils décident de faire l'impasse sur ce match, stratégie empruntée au XV de France contre les blacks en poule. Ils en profitent pour réconcilier avec la défense leurs chevaux traumatisés par les avions de chasse belges. Du coup, côté français, c'est horseball champagne. Romain Depons et Mikel Le Gall, frustrés de ne pas avoir joué la veille, enfile les pions comme des perles. Jérome Hadjout et Maël Goisbault se régalent en touche et prennent tous les ballons. Miquel Julia sauve l'honneur espagnol catalan avec quelques débordements aile droite et on termine sur le score de 11 à 4.

De l'autre côté, le rouleau compresseur belge écrase le club du 3ème âge italien. On crie au scandale dans les tribunes suite à cette erreur de programmation qui a obligé des vétérans à jouer contre des seniors. Les chevaux belges sortent trempés mais vainqueurs 10-0.

12 novembre : France vs. Belgique

Histoire d'éviter le match piège, Thomas Dubois axe son équipe sur le quatuor défensif Nicolas Thiessard, Jean-Baptiste Depons, Jérôme Hadjout et François Tessier. Première action, ramassage belge, 3 passes avant le milieu de terrain, Robin Cool fonce droit sur François qui lui ferme la porte à droite pour l'envoyer sur Jean-Baptiste qui l'achève d'un arrêt de buffet dont il a le secret : 1 côte cassée à 0 pour les français. On en profite pour prendre 2 buts d'avance à la mi-temps. En seconde période, les belges reviennent dans le match, et il faut tout le vice l'expérience de Nicolas pour venir à bout de leur motivation, mordant et pinçant à tout va. Jérôme et François assure le fond de jeu pour terminer ce match sur le score de 6 à 4.

L'autre match du jour n'aillant aucun intérêt, on retiendra seulement que les espagnols catalans ont bien profité de ce jour de repos et que les italiens pensent à prendre leur retraite sportive pour ne pas avoir à rejouer les belges en petite finale.

13 novembre : France vs. Espagne Catalogne

Comme prévu, les italiens ont fui dans la nuit et les belges se retrouvent à la 3ème place qu'ils affectionnent tant.

Les espagnols catalans se réjouissent d'avoir fait l'impasse contre la France, et, à l'instar du XV de France, s'apprêtent à livrer un combat sans merci aux français en finale. Grâce au repos de la veille, ils attaquent le match très fort sur un 3-0 d'entrée. Les français sont fébriles et n'arrivent pas à remettre la main sur la balle. Après un temps mort où Raphaël Soubes leur remet les idées en place, notre trident offensif, Mikel Le Gall, Romain Depons et Benoît Lévêque, se met en route et on reprend l'égalité en fin de 1ère période, 5 partout. En seconde mi-temps, les chevaux français ont du mal à trouver leur second souffle et les espagnols catalans en profitent pour conserver une longueur d'avance. Dans le money time, Nicolas Thiessard fait un clin d'oeil à l'arbitre qui accorde un P2 imaginaire au français qui reviennent à égalité. Thomas Dubois décide de mettre sur la touche tous les arlésiens pour leur éviter la trouille de perdre contre les catalans espagnols. Nicolas Thiessard fait un clin d'oeil au référé sur la touche qui signale un lancer imaginaire hors du couloir, les espagnols catalans sont furieux, l'arbitre siffle rapidement et les 3 français restant sur le terrain foncent au but pour la victoire. Buzz final et explosion de joie dans le camp français! On retiendra que ce n'est pas la meilleure équipe qui a gagné la finale, que l'arbitrage favorise toujours l'équipe locale, mais que c'est mérité au vu de l'ensemble de la compétition... Tiens, ça me rappelle vaguement quelque chose ;o)

29 sept.

Le horseball sur les chemins de Compostelle

Le horseball se développe en Galice, la Muralla arrive même au pied du podium de la coupe d'Espagne des clubs. Un petit reportage pour travailler votre espagnol et voir un peu à quoi ressemble le championnat à l'extrême ouest de l'Espagne.

15 août

Championnes d'Europe de horseball!

Horseball Equipe de France FéminineElles sont championnes d'Europe! Après une série de 4 victoires, la France obtient son second titre européen de l'année avec l'équipe de France féminine de horseball.

L'ambiance est montée crecendo dans cette compétition, et la Coupe d'Europe se termine en apothéose avec un Centre de Promotion de l'Elevage rempli à ras bord. Plus de 4000 spectateurs se sont déplacés pour venir voir la finale, certains aillant même appelé au préalable l'organisation du Normandie Horse Show pour tenter de réserver leurs places!

Alors que la victoire des françaises était attendue, il faut féliciter le beau parcours des portugaises qui obtiennent leur premier podium international en horseball féminin. Surprenantes comme les a décrit Thomas Soubes, elles ont réussi à se défaire de l'Angleterre malgré un handicap de 6 buts à la mi-temps. Une belle preuve de combativité qui n'est surement pas le fruit du hasard, et il faudra probablement suivre ces filles de près dans les années qui viennent.

Petit bonus pour ceux qui, comme moi, n'ont pas pu se déplacer : un extrait de la demi-finales des bleues, le match France-Espagne.

12 août

Duel entre ibériques

Horseball Equipe du PortugalAlors que nos françaises se sont brillamment  débarassées de leurs 2 advsersaires, les Pays Bas et l'Angleterre, le match opposant l'Espagne au Portugal a attiré sur lui toute l'attention. Un petit but d'avance pour les portugaises à la fin du temps réglementaire... et malheureusement, un mauvais but accordé au Portugaises qui crée la polémique puisque les observateurs n'ont pas vu le ballon passer dans le cerceau.

Bien rentrées dans le match, les espagnoles se sentent lésées par l'arbitrage et par ce fait de jeu en leur défaveur. Elles n'ont plus leur destin en main, et c'est la match de ce soir qui les propulsera ou non en demi-finale. En attendant, on remet une fois de plus la délicate question de l'arbitrage sur le tapis.

En marge de cette polémique, on peut aussi se féliciter de la réussite des portugaises. Ces portugaises qui n'ont jamais fait un podium international, et qui ont minutieusement préparé leur championnat d'Europe 2010. Une préparation qui est passée par la Posada de Campos pour une compétition amicale. Le genre de préparation qui explique peut-être qu'elles ont su revenir dans le match dans le money time. Probablement un peu de réussite aussi, mais pas uniquement.

Nous verrons tout à l'heure si le Portugal saura répéter sa prestation d'hier, crucifier la Belgique et sauver l'Espagne... au moins pour faire oublier ces tracasseries d'arbitrages et de but rentré... ou pas ;o).

28 juil.

CEE Cardedeu : champions!

Le championnat des clubs s'est déroulé le week-end dernier en Espagne à Madrid. Et c'est Cardedeu qui conforte sa place de meilleure équipe du pays :

  1. CEE Cardedeu
  2. Malla
  3. Les Alforges
  4. La Muralla
  5. Les Aguilas de Palencia
  6. Cabaleiros do Deiza
  7. Bufalos de Palencia
  8. La Plaza Sharks

Meilleur joueur : Miquel Julia
Meilleur buteur : David Alonso
Equipe la plus fair-play : Plaza Sharks

26 avr.

Manuel De Prado quitte la RFHE, fédération équestre espagnole

[Politique] Manuel de Prado annonce qu'il quitte la RFHE (fédération espagnole d'équitation) après 5 ans de bons et loyaux services qui ont activement participés à amener le horseball espagnol à la seconde place mondiale. Visiblement, son départ est motivé par des guerres intestines, espérons qu'il ne sonnera pas le glas du horseball espagnol...

09 oct.

Coupe d'Espagne des Clubs

[Espagne] C'est ce week-end que se déroule à Pampelune la 3ème Coupe d'Espagne des Clubs... Si l'un de mes lecteurs hispaniques venait à passer par là, ce serait sympa de nous donner des nouvelles de ce qui s'y passe ;o)

30 sept.

Espagne vs. Portugal à Oviedo

[Vidéo] 3 minutes du match Espagne vs. Portugal à Oviedo : difficile de trouver le chemin du but!

16 juil.

[EDF] Championnat d'Europe Jeunes : Tomber... s'écraser ou rebondir?

On a perdu... une seconde fois! Même s'il s'en est fallu d'un tout petit but en or de rien du tout, ce sont quand même les jeunes espagnols qui sont repartis de Saint Georges d'Orques avec le titre de Champions d'Europe -16ans. Je n'étais pas sur place, je n'ai pas vu le match, et même si je me doute que nos jeunes joueurs ont mis du coeur à l'ouvrage pour venger leurs prédécesseurs, le constat est sans appel : on a perdu... et encore une fois contre les espagnols!

Certes, on sait depuis quelques années que les espagnols vont nous donner de plus en plus de fil à retordre, mais comment se fait-il que le horse-ball français n'ait pas su guider nos cadets vers la victoire? L'expérience est encore de notre côté et il me semble qu'on a les moyens de corriger le tir d'un point de vue strictement sportif. Il serait d'ailleurs bon de le corriger parce que si l'on apprend à perdre aujourd'hui en cadet, c'est en señor qu'on perdra demain!

Si ce n'est pas le sport qui pêche, c'est donc d'un point de vue structurel qu'on commence à prendre l'eau. En effet, au vue des 2 derniers championnats, en tout objectivité, Franck Reyne n'a pas atteint les objectifs qui semblaient légitimes pour l'équipe de France : le titre. Un faux pas peut arriver, mais avec une année pour se remettre en route et une équipe flambant neuve, on n'aurait pas dû trébucher de nouveau. Je pense qu'il est assez naturel de penser ainsi, mais qui va aller demander des comptes au sélectionneur? Qui est en mesure de remettre sa place en cause? Un autre ne fera peut-être pas mieux, mais Franck Reyne a eu sa chance et, incontestablement, il n'a pas su faire le boulot.

Et c'est là que le bât blesse! Nos sélectionneurs sont nommés ad vitam aeternam... ou du moins jusqu'à qu'un courrier abrupte leur signifie leur éviction. Pourquoi les sélectionneurs ne sont-ils pas désignés pour une durée déterminée, éventuellement renouvelable? Pourquoi n'ont-ils pas d'objectifs clairement définis? Pourquoi leur position ne peut-elle pas être remise en cause si ce n'est par jeu politique à la FFE? Tant qu'on gagnait, tout ça n'avait que peu d'importance, mais maintenant qu'on perd, il va falloir se réveiller pour rester dans la course!

Bravo à l'Equipe d'Espagne (d'être capable de nous battre, même sans un cadet d'1m90 au premier rang de touche ;o) )

- page 1 de 2