Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Thomas Péré

Fil des billets - Fil des commentaires

29 déc.

Rétrospective 2010

Horseball Asporrotz Cheval de l'Année 2010Plus que quelques jours et il en sera terminé de 2010. Partout dans la presse et sur la toile, on dresse le bilan de cette année qui touche à sa fin. Pas de raison que j'échappe à la règle, voici les 5 coups de coeur qui ont marqué mon année équestre.

  • La victoire des bordelais en Champions League : Tout simplement pour la joie de reprendre le titre aux espagnols de Cardedeu, mais aussi parce que ce fut une victoire à l'arrachée, ce qui prouve s'il en était besoin que les espagnols sont prêt à nous disputer la vedette sur la scène européenne.
  • La victoire de Philippe Lejeune avec Vigo D'Arsouilles aux Jeux Equestres Mondiaux : 35 ans à monter des chevaux avec passion et enfin un titre pour récompenser cet attachant cavalier belge. Perso, ça me fait toujours plaisir quand le travail finit par payer.
  • La reprise libre de Juan Manuel Munoz et Fuego XII aux Jeux Equestres Mondiaux : Un peu de vie dans le monde très policé du dressage. Je crois qu'aucune reprise ne m'avait autant enthousiasmé auparavant... et visiblement, je ne suis pas le seul déçu que ce couple flamboyant n'ait pas obtenu l'or.
  • La médaille d'argent des portugaises en Coupe d'Europe : On ne les attendait pas là, et pourtant, elles ont pris la place avec beaucoup de sang froid et des secondes mi-temps emportées. Là encore, c'est probablement le travail qui paye avec une préparation rondement menée en amont de la compétition.
  • Asporrotz, meilleur cheval de l'année : Fier d'avoir eu l'honneur de jouer avec Asporrotz et Thomas il y a quelques années, et presque ému de les voir maintenant au plus haut niveau de notre discipline à force de travail, d'attention et de rigueur. C'est de loin mon plus gros coup de coeur 2010, et je leur souhaite bonne continuation en 2011 à tous les deux!

Cette liste est bien évidemment complètement subjective et n'engage que moi... Et d'ailleurs, qu'est-ce qui vous a marqué cette année dans le petit monde du cheval?

(crédit photo : Fiona Conroy-Aktouche)

08 nov.

Touche pas mon ballon!

Horseball Lancer en toucheLe week-end à Poitiers m'a confirmé, si il en était encore besoin, l'importance du rang de touche au horseball. Pour vous la faire simple, si on compare les premiers pas en Pro Elite des 2 promus de l'année, on se rend compte que c'est ce secteur de jeu qui a permis au Roumois de tirer son épingle du jeu, et à contrario, qui a assommé les jeunes nantais. Les deux équipes ont de la qualité dans le jeu, la circulation de balle et la détermination. Mais les normands ont trouvé des solutions pour récupérer les ballons en touche là où les nantais ont perdu leurs repères... et les ballons avec!

Les joueurs avertis savent que cette phase de jeu est aussi déterminante qu'elle est complexe. Il faut un lanceur lucide, des joueurs de rang intelligents et des chevaux parfaitement dressés et réactifs. De plus, toute cette mécanique doit être parfaitement huilée et synchrone afin de délivrer le meilleur ballon possible au relai pour lancer le jeu dans le sens de l'attaque.

Le règlement a su évoluer pour favoriser le dressage des chevaux par rapport au gabarit des joueurs. J'en veux pour preuve que le meilleur couple de touche de la saison passée, Thomas Péré sur Asporotz, ne s'illustre pas par son physique sur-dimensionné mais par la précision de ses déplacements sur la ligne. Moins de boxeurs, plus de bretteurs! Créer le décalage est devenu le crédo du joueur de touche et ceux qui ne savent pas le faire se retrouvent privés de ballon, ou du moins de sortie de touche en première intention.

Le horseballer a donc créé un nouvel air pour faire danser son cheval, à base de 3 pas en avant, 3 pas en arrière... et ainsi de suite jusqu'à la prise de balle. Si on devait choisir une facette de notre jeu pour acquérir nos lettres de noblesses équestres auprès de nos pairs cavaliers, ce serait le rang de touche, aussi technique qu'indispensable.

"L'art équestre, c'est l'art pour le cavalier de rester tranquille et de garder son cheval droit." Nuno Oliveira

14 juin

Asporrotz, meilleur cheval de horseball de la saison 2010

[PEM] Félicitations à Asporrotz et Thomas, récompensés par le trophée Jean-Paul Depons honorant le meilleur cheval de la saison! C'est amplement mérité, résultat d'un travail rigoureux... et ça me touche d'autant plus que j'ai eu la chance de jouer à leur côté il y a quelques saisons.

09 avr.

[Vidéo] On s'entraîne à Bordeaux Blanzac

... Et on s'entraîne en tenue! Petit clip promotionnel pour présenter l'équipe et leur partenaire, la Charcuterie Bordelaise.

© Bordeaux Blanzac

Bref, à défaut d'être de vrais garçons bouchers, on leur souhaite de ne pas trop vendanger ce week-end (je sais, elle est facile ;o) )

08 nov.

[Vidéo] Finale de la Coupe de France mixte 2008

Un match disputé jusqu'à la dernière seconde... Une belle finale! Dommage que le cameraman n'est pas pu prendre un peu d'altitude...

27 oct.

[Culture] Une affaire de famille!

Non, je ne vais pas vous parler de la Camorra ou de la Cosa Nostra! Je ne pense pas que le horse-ball génère suffisement de profits pour attirer les organisations mafieuses ;o)

Par contre, en regardant le carré finale de la coupe de France, vous vous rendrez compte que le horse-ball est une affaire de famille. En effet, parmi les quatres équipes qualifiées, 3 d'entre elles sont basées sur des fratries, la quatrième étant tout de même composée de joueurs se connaissant depuis leur plus jeune âge. Ainsi, nous avons les frères Thiessard à Gif, les frères Murzeau à Saumur et les frères Depons à Blanzac.

De là à dire qu'un duo ou un trio de frères est la base d'une grande équipe, il n'y a qu'un pas que je ne franchirai pas, mais le moment me paraît bien choisi pour demander à leurs coéquipiers ce que ça change de faire partie d'un collectif fortement marqué par 2 ou 3 frangins.

HBall.info : Qu'est ce que ça fait de jouer à Saumur et de ne pas s'appeler Murzeau?

Baptiste Vignal : Pour moi le fait d'avoir dans l'équipe trois frangins, (Gaëtan est vraiment un frère pour eux! Seul le nom change [1]) permet au collectif d'avoir une base sure ! Ainsi pour la plupart des situations, ils n'ont pas besoin de se parler pour se comprendre. D'ailleur ce n'est pas pour rien que notre ligne de touche est si performante : elle est composée des trois frères!
Après le fait de ne pas s'appeller Murzeau n'est pas un problème insurmontable car ils ne sont pas fermés d'esprit et comme la plupart des joueurs de talent ils arrivent à rendre leurs coéquipiers meilleurs. En fait notre grande force l'an dernier a été notre solidarité un peu comme si on faisait tous partie de la famille! Et peut être que cet esprit de famille qu'ils mettent dans l'équipe est la principale différence avec une équipe traditionnelle.

HBall.info : Qu'est ce que ça fait de jouer à Blanzac et de ne pas s'appeler Depons?

Thomas Péré : C'est que du bonheur! Si je devais résumer en une phrase ce serait seulement celle-là.
D'avoir 3 frères, un cousin, un papa [2] et un CheauCheau (ndlr : Adrien Bécheau) qui a grandi avec eux, c'est une vrai famille qui a autant plaisir à monter ensemble, jouer ensemble... et bien sûr boire un coup ensemble au bar, que de se voir la semaine pour autre chose que le cheval.
La complicité et la solidarité sont les deux mots auquel je pense pour décrire l'esprit qui anime l'équipe, autant à pied qu'à cheval, grâce à ce noyau familial.

Adrien Bécheau : TP (ndlr : Thomas Péré) a tout dit! Rien que du bohneur! Bernard m'a fait grandir à cheval et en dehors... et il continue à le faire. Romain et Jean-Baptiste sont comme des grands frères. C'est eux qui m'ont quasiment tout appris. Il aura fallu du temps pour les rejoindre mais maintenant c'est un régal. Je joue avec Ichon (ndlr : Benjamin Depons) et Momo (ndlr : Hugo Soubes) depuis toujours, on a monté les échelons ensemble. Inutile de dire qu'on se connait par coeur. TP a réussi à s'intégrer dans ce noyau rapidement et très facilement, ce qui nous donne une équipe soudée aussi bien en dehors que sur le terrain.

[1] Gaëtan Marcolini est le beau-frère de Cédric et Thibault Murzeau

[2] Hugo Soubes est le cousin des frères Depons et Bernard Depons, coach de Bordeaux Blanzac, est le père de Romain, Jean-Baptiste et Benjamin.