Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - arbitrage

Fil des billets - Fil des commentaires

21 avr.

Etats Généreux de l'arbitrage français!

Horseball Association Nationale Des Arbitres De HorseBall Denis BoulardPremière grosse initiative de l'Association Nationale Des Arbitres De HorseBall : les états genéreux généraux de l'arbitrage. Vous concernant, pour faire simple, vous avez jusqu'à fin mai pour envoyer vos doléances et suggestions sur le sujet par . Vous en saurez plus en lisant le dossier.

Comme souvent, ça critique sévère sur le net, alors que ce projet pourrait être très constructif. Il suffirait qu'un horseballer par équipe prenne du temps sur son week-end pascal pour relire le règlement et nous pourrions déjà corriger toutes les imprécisions et incohérences qu'il contient.

De plus, le dialogue est ouvert, ceux qui ne saisiront pas cette chance pour faire leurs remarques/propositions n'auront pas le droit de venir se plaindre plus tard. Et pour ceux qui se demandent dans quelle mesure l'ANDADHB est reconnue par la FFE, on est obligé de reconnaître qu'il n'existe pas d'autre interlocuteur...

J'attends donc avec impatience le résultat de cette réflexion collective, présenté si tout va bien à Lamotte Beuvron pour le Grand Tournoi (et j'espère sur le web, hein Clément?), et je ne manquerai pas de mettre ma pierre à l'édifice, n'oubliez pas d'en faire autant ;o)

07 janv.

Denis Boulard et les incorruptibles!

La FFE a décidé de ne plus défrayer nos officiels de compétition, alors nos arbitres s'organisent. Le bruit courrait dans les couloirs des écuries depuis quelques mois, et en cadeau de noël, le père noël a offert  à notre discipline l'Association Nationale Des Arbitres De HorseBall. Pour faire le point sur les enjeux de ce projet, j'ai posé quelques questions à Denis Boulard, trésorier de cette jeune et prometteuse institution.

Horseball Association Nationale Des Arbitres De HorseBall Denis BoulardNotre invité n'aillant pas l'âme d'un mélomane, il m'a laissé le choix du morceaux de circonstance (tant pis pour vous!) :

Sur le plan matériel, les organisateurs de matchs de horseball sont déjà habitués à trouver les coordonnées des arbitres, à récupérer du matériel et à fournir des chevaux. A court terme, la ANDADHB va principalement devoir se frotter au problème du défraiement des officiels de compétitions qui n'est plus assuré par la FFE. Comment comptez-vous aborder ce sujet?

Denis Boulard : Le rôle de l'association n'est pas de se substituer à l'organisateur mais de se rapprocher de lui pour lui fournir des arbitres compétents.
Pour le défraiement des arbitres, les organisateurs ont déjà augmenté les engagements ce qui permet de défrayer les arbitres. Cela pourrait passer directement par l'association pour qu'elle gère le défraiement.
Le rôle de l'association est de venir en aide à l'organisateur et au horseballeur en assurant des arbitres au niveau et des formations parallèles sur les week-ends.

Tu parles de formation et les joueurs réclament encore et toujours un arbitrage plus homogène. Quelles sont les actions prévues sur ce sujet à brève échéance?

Denis Boulard : Nous sommes quelques un à y travailler depuis plusieurs années, Je pense que de gros progrès ont été fait.
Si les moyens nous le permettent nous ferons des échanges dans les régions et utiliserons les grands rendez-vous pour faire passer des niveaux.

Et d'où proviendront ces moyens? Partenariats ou cotisations? D'après toi, qu'est-ce qui va pousser le petit monde du horseball à soutenir ce projet?

Denis Boulard : On a chargé quelqu'un de s'occuper des sponsors éventuels.
Je suis issu de ce petit monde. Pour l'instant j'ai la foi, Je marche pour que cela change, nous avons été trop souvent pas très bien arbitré a l'époque, nous voudrions apporter quelque chose de positif, Nous pensons que c'est le moment.

Est-ce que tous les arbitres National Elite sont membres de l'association? Est-ce qu'il y a déjà des intéractions engagées entre la FFE et l'ANDADHB? Si oui lesquelles?

Denis Boulard : Tous les arbitres élites et nationaux sont avec nous, pour l'instant non cotisant, mais c'est tout neuf, Le premier adhèrent c'est Laurent lafont, Au niveau de la fédé, il y a une réunion vers la mi-janvier à Lamotte Beuvron, on en saura plus.

Pour conclure sur une question bien plus piégieuse : tu préfères être joueur ou arbitre? Et pas de langue de bois!

Denis Boulard : Tu sais, sur 25 ans de ballon, j'ai dû arbitrer pas loin de la moitié.
La seule chose : il est évident que quand tu es joueur, tu as beaucoup d'amis, un peu moins quand tu es arbitre, Maintenant, en temps que joueur, j'ai eu une bonne carrière, mon cœur va vers le joueur.

Merci Denis, et bon courage pour lancer l'ANDADHB!

03 sept.

Engagez-vous dans l'arbitrage!

Horseball RèglementEn tant que superviseur senior de la commission horseball de mon CRE, j'ai pour mission cette saison de mettre à jour la liste des officiels de compétiton de la région. L'an dernier, on était encore sur l'ancien système (National 1 à 4 et Club), cette année, nouveau régime : National Elite, National et Club. D'après ce que je vois, j'imagine que l'équivalence a été faite comme suit : National 1 = National Elite, National 2 = National, le reste = Club.

Pour commencer sa carrière d'arbitre, il suffit d'être en possession d'une Licence Fédéral de Compétition valide et d'apparaître sur le DUC d'une épreuve (feuille de match envoyée au Système Informatique Fédéral j'imagine). Ensuite, il faut monter un dossier pour monter en grade comme c'est expliqué sur la fiche pratique "devenez arbitre de horseball". Les procédures sont simples et claires, la hierarchie est assez réduite, ce nouveau fonctionnement semble bien convenir à la réalité de notre discipline.

Par contre, on trouve des contraintes de qualification concernant le poste de Président de Jury (qui correspond à la qualification "juge" du SIF si j'ai bien suivi) dans le règlement spécifique du horseball, mais rien au sujet des arbitres qui officient sur le terrain. Je ne suis pas allé voir sur le règlement général si quelque chose s'appliquait dans ce cas, ce qui serait étonnant puisque les autres disciplines fédérales n'ont pas les mêmes besoins que nous en terme d'arbitrage. Mais si ce n'est effectivement pas le cas, est-ce que ça veut dire qu'un arbitre Club peut se retrouver à arbitrer de la Pro Elite? Bref, il me semble qu'il y a là un flou règlementaire, mais peut-être un spécialiste pourrait me nous renseigner...

19 avr.

A méditer : arbitrer c'est être ouvert...

[Arbitrage] Lu sur un blog consacré à l'arbitrage : Je crois que le plus important c'est surtout d'être ouvert aux autres, d'accepter les remarques, d'écouter les conseils, et d'être ouvert à la discussion (brève) avec les acteurs du jeu. Les comportements de "petit chef" n'aident pas, et ne donnent pas une belle image de l'arbitrage (J.C. Collin)

30 mar.

[Arbitrage] Et si on en parlait?

Pour une fois que mon actualité personnelle fait écho à celle de la Pro Elite, j'en profite pour rédiger un petit billet d'humeur! Moi aussi j'ai joué ce week-end en région, et moi aussi j'ai été déçu par un arbitrage National Elite. Les faits sont différents de ce qui s'est passé entre Chambly et Angers, mais le problème de fond reste le même.

J'ai l'impression qu'aujourd'hui, la communication entre joueurs et arbitres est rompue à quelques grosses prises de becs près. Le sport a grandi et il ne s'agit plus d'une poignée de potes qui se retrouvent à la buvette après les matchs. On a maintenant d'un côté les arbitres qui donnent de leur temps en se rendant sur les week-ends, et de l'autre les joueurs qui mettent en oeuvre les moyens financiers et logistiques pour vivre au mieux leur saison sportive. Plus d'échange entre ces 2 mondes signifie beaucoup de frustration quand les premiers jouent les sherifs ou quand les seconds se prennent pour des hors la loi...

Pour que notre sport continue de grandir, il va être nécessaire de réinstaurer le dialogue, indispensable que les arbitres fassent un effort de communication sur et en dehors des terrains. Tout le monde peut comprendre que l'arbitre n'est pas infaillible, mais encore faut-il que l'arbitre fasse l'effort d'expliquer ce qu'il siffle et que ce soit en conformité avec une ligne directrice commune à tous les arbitres, d'autant plus à haut niveau. De même, il me parait déterminant qu'on puisse débriefer les matchs afin que les joueurs puissent s'exprimer pour aider à améliorer l'arbitrage... et pas juste pour se plaindre d'une erreur d'arbitrage! Il y en aura toujours (cf. la main de Thierry Henry contre l'Irlande), il faut aussi que les joueurs l'acceptent.

Bref, il est temps que le corps arbitral se remette en question et trouve les moyens d'impliquer les joueurs dans sa réflexion. Si on continue dans cette voie où chacun avance avec des oeillères, la frustration va grandir, et même si on ne peut pas dire que ça change objectivement l'issue des matchs, ça les rend quand même beaucoup moins agréable à jouer et à arbitrer... tout le monde est perdant!

18 fév.

[Arbitrage] Lancer franc?

Pour lutter contre le fair-plaie qui règne actuellement sur les terrains, j'avais proposé il y a quelques temps de supprimer la P2. Ma proposition était loin de faire l'unanimité, ce qui se comprend. Toutefois, je trouve toujours injuste que le défenseur fasse trop souvent une faute sur le tireur en position de shoot favorable en espérant que l'arbitre sifflera P2 plutôt que P1. Dans tous les cas, le défenseur est gagnant puisque si il laisse shooter, il y aura certainement but aussi.

En revisionnant quelques matchs de Pro Elite, j'ai imaginé qu'on pourrait peut-être adapter un système équivalent aux lancers francs du basket. Ainsi, pour une faute commise par la défense sur un joueur en train de shooter, l'arbitre pourrait accorder un lancer supplémentaire à 10m :

  • si le shoot a été réussi mais que la faute méritait P1
  • si le shoot a été manqué et que la faute est sanctionnée par une P1

Ainsi, une faute grossière ou dangereuse sur le joueur en position de shoot peut entraîner un retard de 2 buts. Il y a fort à parier que tous les joueurs ajusteront un peu mieux leur défense basse et réfléchiront à 2 fois avant de commettre une faute technique quand ils ont manqué leur défense dans les derniers mètres.

Avec ce système, les attaquants victimes bénéficient d'une chance de réaliser une action à 2 points en compensation de la faute commise, ce qui peut peser sur l'issu d'un match engagé physiquement, comme on dit. Le temps mort nécessaire au lancer supplémentaire peut aussi permettre à l'arbitre de calmer les esprits de part et d'autre, ce qui n'est pas possible actuellement lorsque le joueur victime de la faute marque quand même le but.

Les P1 simples restent donc valables pour les contre-sens, les fautes au ramassage, en touche, sur un joueur qui défend ou sur un joueur qui attaque mais n'est pas en position de shoot. Je n'imagine pas spécialement de dérive possible à ce système de pénalités, si ce n'est la possibilité de se tromper sur la notion de "joueur en train de tirer", mais ça ne me semble pas plus subjectif que la faute du dernier défenseur sur l’attaquant qui se prépare à tirer au but que l'on sanctionne actuellement par une simple P1. Et vous, ça vous inspire?

25 nov.

[Arbitrage] Peut-on se passer de l'arbitre?

Rebondissant sur l'affaire France-Irlande chez nos amis footeux, Dundel vient de faire publier une analyse des causes de la tricherie dans le sport et nous propose une séries de solutions pour tenter d'y remédier. Réelle problématique, j'avais moi aussi pensé pendant un temps que l'auto-arbitrage en horseball pouvait être une bonne solution... mais après quelques essais, il s'avère que ce n'est pas du tout adapté à un sport de contact!

En effet, à l'ultimate, encore plus qu'au basket, le contact est prohibé. La majorité des fautes de jeu sont donc appelées par les joueurs suite à un contact de l'adversaire. La logique est donc simplissime : contact = faute. Et on arrive donc à se passer d'arbitre... encore que ces derniers temps, on trouve des observateurs au bord des terrains d'ultimate pour trancher en cas de désaccord entre joueurs.

Au horseball, comme au rugby, le contact fait partie du jeu. C'est uniquement la nature du contact (angle, force, intention,...) qui le rend répréhensible ou pas. Du coup, difficile pour les joueurs dans le feu de l'action de dire si il y a faute... ou pas! De la même manière, on imagine mal les joueurs de rugby être capables d'appeler des fautes lors des regroupements, non?

Cela dit, j'avais imaginé appliquer l'auto-arbitrage à Hat Tolosa, pour donner une petite dimension street-ball au tournoi. Avant de me lancer, j'ai fait quelques essais lors d'entraînements et de matchs de démonstration. Les rencontres se sont toujours déroulés dans une très bonne ambiance, mais j'en ai tiré les conclusions suivantes :

  • les phases de jeu deviennent très longues : les joueurs préférent continuer à jouer qu'appeler une faute si ils ont conservé la possession de la balle. Du coup, le jeu ne s'arrête qu'après un but et les chevaux doivent souvent encaisser de très longues séquences de jeu.
  • les petites fautes ne sont jamais appelées : tant que la sécurité des joueurs ne semblent pas mise en danger, les joueurs laissent naturellement l'avantage au porteur de balle. Du coup, à part les gros travers, presque aucune faute n'est sanctionnée. Ceci s'explique aussi par le fait que le horseballer est toujours en mouvement, contrairement au joueur d'ultimate, il lui est donc difficile de jouer et de prendre le recul nécessaire pour réfléchir à l'arbitrage.

Le jeu est donc dénaturé par l'auto-arbitrage... et je n'ose pas imaginer ce que ça pourrait donner sur un match à enjeu, même avec des joueurs fair play! Il ne me semble donc pas possible de se passer de l'avis extérieur de l'arbitre au horseball pour guider le jeu, ce qui n'empêche pas que celui-ci doit être le plus impartial et objectif possible. Et c'est sans doute là qu'il faut qu'on travaille... Et puis peut-être aussi sur l'intégrité et le fair play des joueurs qui profitent trop de la faiblesse de notre corps arbitral!

04 juin

[Fédération] Où sont les arbitres?

Pour faire suite à ma réflexion sur le développement des catégories féminines, le week-end dernier à Lamotte Beuvron m'amène à m'interroger sur la situation du corps arbitral horse-ballistique. C'est un domaine que je connais mal, étant donné que j'arbitre peu et seulement en championnat régional. Mais j'ai noté 2 petits disfonctionnements lors du Grand Tournoi qui m'ont surpris :

  • Terrain 2 : seulement 4 arbitres pour assurer l'ensemble des matchs du week-end... Faut avoir la santé!
  • Terrain 8 : un arbitre stagiaire complètement débutant, laissé en pâture à des joueurs et des coachs survoltés tout au long du week-end et particulièrement lors des finales. Si elle n'est pas rentrée dégoutée, c'est vraiment qu'elle est extrêmement motivée.

Etant donné que je suis resté presque exclusivement autour de ces 2 terrains, j'imagine facilement que des problèmes similaires existaient aussi sur d'autres terrains. Et même si ce n'était pas le cas, ça ferait 2 terrains sur 9, ce qui me semble non négligeable pour le plus gros rassemblement de horse-ballers de l'année...

On manque d'arbitres? Ok... mais comment va-t-on expliquer aux joueurs qui s'entraînent tout au long de l'année qu'il faut qu'ils se contentent d'un arbitre inexpérimenté ou épuisé quitte à ce qu'il leur vole le match? Comment va-t-on expliquer aux joueurs qu'on manque d'arbitres qualifiés alors que c'est peut-être la seule fonction qui soit défrayée dans le horse-ball?

Je ne sais pas comment est organisé le corps arbitral, mais il me semble qu'il y a un gros effort à faire en terme de formation, au moins pour assurer un nombre suffisant d'arbitres qualifiés pour les grands rendez-vous de l'année. Avec un minimum de bonne volonté, il doit quand même y avoir moyen de tenir à jour une liste exhaustive des arbitres et d'assurer leur formation continue en dehors des week-end de finales, non? Et si on faisait venir les arbitres sur les week-ends de féminines, l'un dans l'autre, on ferait peut-être d'une pierre, deux coups pour le développement du horse-ball! [1]

[1] Petit boutade humoristique à prendre au second degré pour toi, au fond, qui commence à t'offusquer ;o)

24 fév.

[Règlement] Les pénalités en faute!

De retour de vacances, mais surtout de retour de Saint Lô et de La Rochelle, un sujet ne m'a pas quitté depuis 10 jours : la gestion des fautes au horse-ball. En fait, ça me travaille depuis longtemps, mais après avoir vu autant de matchs sur une courte période, j'en suis arrivé aux 2 idées suivantes :

  • suppression de la P2
  • compteur de fautes de jeu par équipe

Supprimer la P2, une évidence non? A quoi sert cette pénalité médiocre qui sanctionne une faute grave... mais pas trop (ou l'inverse)? Sans compter que dans le pire des cas, elle est utilisée pour éviter de donner une P1/P3 contestée quand les esprits s'échauffent et que l'arbitre ne souhaite se facher avec personne... Après tout, le horse-ball est un sport offensif donc on peut se permettre d'offrir un point à l'équipe offensée sans pour autant plier le match comme au foot par exemple. Et puis, ça ne changera presque rien pour les joueurs qui tirent les P2 direct et ça évitera les accidents pour ceux qui préfèrent les jouer en se lançant pleine vitesse dans une défense arrêtée...

Pour ce qui est du compteur de fautes de jeu, l'idée vient du basket où l'on cherche aussi à limiter les contacts trop... rugueux. On pourrait ainsi comptabiliser les fautes de jeu [1] de chaque équipe, et sanctionner toutes les fautes par une P1 (ou à 10m?) à partir d'un certain nombre (3? 5? 10? par mi-temps? par match?). On favoriserait ainsi les équipes les plus propres. On éviterait aussi le grand dilemne P3/P2/P1 pour les arbitres quand les matchs commencent à s'emballer et que tout le monde commence à discuter (ce qui arrive vraiment trop souvent de mon point de vue!).

Ces 2 propositions devraient rendre le jeu plus fluide, mais aussi plus lisible pour le spectateur neophyte qui doit bien galérer actuellement à comprendre la subtilité des 3 pénalités. Vous en pensez quoi? Ca vous paraît applicable?

[1] : J'entends par fautes de jeu, les fautes non "techniques", c'est à dire ne relevant pas des placements en touche, en P3/P2/P1. Il s'agit donc des contre-sens, prises de balles et contacts non règlementaires, jeu dangereux...