Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - dressage

Fil des billets - Fil des commentaires

05 mar.

[Dressage] Cheval qui se lève?

Tous ceux qui se sont confrontés à l'apprentissage du horseball pour un jeune cheval confirmeront sans doute que ce n'est pas toujours un long fleuve tranquille. J'en ai un exemplaire actuellement dans mon effectif qui a fêté ses 5 ans en janvier et qui a débuté le travail sur le plat et au ballon l'été dernier. Pur sang d'origine, il est d'un naturel calme et monte peu en pression. Son dressage suivait gentillement son cours, mais depuis quelques semaines, il nous confronte à un problème que je n'arrive pas à remédier : il se lève sur ses postérieurs lors de toutes les phases arrêtées.

Des chevaux qui se pointent légèrement en défense ou en touche, j'en ai connu. Des poulains qui ont trouvé cette défense pour rétiver aux jambes ou aux mains, j'en ai monté. Et dans tous les cas, avec fermeté et précision, c'était un mal qui était toujours passé assez rapidement. Mais là, ça commence à devenir systématique, et le travail ne semble pas payer aussi bien qu'il le devrait.

Ce jeune apprenti se pointe donc à l'arrêt lorsque l'action vient de derrière, mais aussi en touche lorsque l'action vient de devant au lancer. Il accepte éventuellement une ou deux tentatives en début d'entraînement, mais jamais plus. Sur le plat, il ne bronche pas, tient bien l'arrêt et ne sourcille pas quand la main se fait dure ou se trompe.

Manquant d'imagination, je fais donc appel aux spécialistes qui passent par ici pour me proposer des exercices ou une façon de procéder pour faire perdre ses mauvaises habitudes à ce jeune blanc-bec. Je suis certain que d'autres ont connu ça, et il y a certainement des moyens de gagner du temps plutôt que d'attendre patiemment que ça lui passe comme pour la crise d'adolescence. A vos claviers!

18 nov.

La FEI se demande si le rollkur est en contradiction avec le bien-être du cheval

[News] La FEI condamne toute méthode d'entraînement en contradiction avec le bien-être du cheval... et se demande si le rollkur entre dans cette catégorie et dans quelle mesure. Le débat est loin d'être clos!

16 nov.

[Dressage] Le Rollkur en débat à la FEI

Alors que les geeks se battent pour pour savoir si il vaut mieux être Mac ou PC, les cavaliers de compétition s'enflamment pour savoir si il faut cautionner le rollkur... ou pas! D'ailleurs, si vous ne savez pas ce que c'est, il est temps de vous demander si vous êtes un vrai cavalier de compétition ;o)

Ce troll agite le petit monde de l'équitation depuis que la FEI n'a pas osé porter de jugement au sujet de cette méthode extrême, méthode qu'elle déclare "réservée aux spécialistes". Le terme rollkur est abandonné au profit d'hyperflexion de l'encolure, beaucoup moins barbare. Les partisans de cette façon de monter, majoritairement nordiques mais pratiquant toutes les disciplines du saut d'obstacles à l'équitation western, sont donc libérés des critiques. Pour eux, il s'agit de la continuité du travail rond et bas (LDR : low, deep and round) pronés par certains grands maîtres de l'équitation classique (je ne saurais vous dire lesquels entre Baucher, La Guérinière, Oliveira et les autres, les spécialistes pourront peut-être m'aider). De leur côté, les opposants se désorganisent à tel point que le moindre cavalier qui encapuchonne maladroitement son cheval devient suspect et les jurys de dressage ont bien du mal à savoir comment juger cette pratique...

Le débat est relancé ces derniers jours sur le net suite à la publication d'une vidéo du cavalier suédois Patrik Kittel à la détente de son cheval Watermill Scandic. La polémique prend une telle ampleur (pétitions, mails aux sponsors, ...) que la FEI doit réagir en portant l'étude du rollkur à l'odre du jour du metting de Copenhague qui débute demain. Difficile de savoir ce qu'il en sortira...

En ce qui me concerne, j'utilise au quotidien les flexions d'encolure et le travail rond et bas. Même si je n'irai jamais jusqu'à l'hyperflexion, je peux admettre que ça peut être un exercice ponctuel pour travailler un cheval, au même titre qu'un enrênement. Par contre, quand je vois la vidéo de Kittel ou celles de Anky Van Grunsven, je me demande comment on peut travailler un cheval aussi longtemps dans cette posture inconfortable. Il faut se rendre à l'évidence : ce sont uniquement les qualités physiques des chevaux de sport actuels qui leur permettent de réaliser de telles prouesses dans la durée. Alors que penser d'une méthode de dressage réservée aux meilleurs chevaux au détriment de leur santé? Et que penser d'une méthode de dressage qui dégrade les allures et l'engagement du cheval? Les instances du dressage mondial doivent trancher sur ces points, et décider si le critère principal sera le placé du cheval ou sa locomotion, avec toutes les conséquences qui en découlent... Affaire à suivre!