Non, je ne vais pas vous parler de la Camorra ou de la Cosa Nostra! Je ne pense pas que le horse-ball génère suffisement de profits pour attirer les organisations mafieuses ;o)

Par contre, en regardant le carré finale de la coupe de France, vous vous rendrez compte que le horse-ball est une affaire de famille. En effet, parmi les quatres équipes qualifiées, 3 d'entre elles sont basées sur des fratries, la quatrième étant tout de même composée de joueurs se connaissant depuis leur plus jeune âge. Ainsi, nous avons les frères Thiessard à Gif, les frères Murzeau à Saumur et les frères Depons à Blanzac.

De là à dire qu'un duo ou un trio de frères est la base d'une grande équipe, il n'y a qu'un pas que je ne franchirai pas, mais le moment me paraît bien choisi pour demander à leurs coéquipiers ce que ça change de faire partie d'un collectif fortement marqué par 2 ou 3 frangins.

HBall.info : Qu'est ce que ça fait de jouer à Saumur et de ne pas s'appeler Murzeau?

Baptiste Vignal : Pour moi le fait d'avoir dans l'équipe trois frangins, (Gaëtan est vraiment un frère pour eux! Seul le nom change [1]) permet au collectif d'avoir une base sure ! Ainsi pour la plupart des situations, ils n'ont pas besoin de se parler pour se comprendre. D'ailleur ce n'est pas pour rien que notre ligne de touche est si performante : elle est composée des trois frères!
Après le fait de ne pas s'appeller Murzeau n'est pas un problème insurmontable car ils ne sont pas fermés d'esprit et comme la plupart des joueurs de talent ils arrivent à rendre leurs coéquipiers meilleurs. En fait notre grande force l'an dernier a été notre solidarité un peu comme si on faisait tous partie de la famille! Et peut être que cet esprit de famille qu'ils mettent dans l'équipe est la principale différence avec une équipe traditionnelle.

HBall.info : Qu'est ce que ça fait de jouer à Blanzac et de ne pas s'appeler Depons?

Thomas Péré : C'est que du bonheur! Si je devais résumer en une phrase ce serait seulement celle-là.
D'avoir 3 frères, un cousin, un papa [2] et un CheauCheau (ndlr : Adrien Bécheau) qui a grandi avec eux, c'est une vrai famille qui a autant plaisir à monter ensemble, jouer ensemble... et bien sûr boire un coup ensemble au bar, que de se voir la semaine pour autre chose que le cheval.
La complicité et la solidarité sont les deux mots auquel je pense pour décrire l'esprit qui anime l'équipe, autant à pied qu'à cheval, grâce à ce noyau familial.

Adrien Bécheau : TP (ndlr : Thomas Péré) a tout dit! Rien que du bohneur! Bernard m'a fait grandir à cheval et en dehors... et il continue à le faire. Romain et Jean-Baptiste sont comme des grands frères. C'est eux qui m'ont quasiment tout appris. Il aura fallu du temps pour les rejoindre mais maintenant c'est un régal. Je joue avec Ichon (ndlr : Benjamin Depons) et Momo (ndlr : Hugo Soubes) depuis toujours, on a monté les échelons ensemble. Inutile de dire qu'on se connait par coeur. TP a réussi à s'intégrer dans ce noyau rapidement et très facilement, ce qui nous donne une équipe soudée aussi bien en dehors que sur le terrain.

[1] Gaëtan Marcolini est le beau-frère de Cédric et Thibault Murzeau

[2] Hugo Soubes est le cousin des frères Depons et Bernard Depons, coach de Bordeaux Blanzac, est le père de Romain, Jean-Baptiste et Benjamin.