On rêve tous de faire partie d'une équipe de horseball qui envoie du bois mais on n'a pas tous la chance d'être "bien né" du côté de Bordeaux Blanzac ou d'Aramon. Du coup, si tu habites à plus de 100km d'un fief historique du horseball français, tes chances de te faire recruter par une équipe de grande classe sont quasi nulles. Tu vas donc devoir te débrouiller avec les moyens du bord, mais pas d'inquiétudes, au horseball, même les pros ne sont que des amateurs. Voici tout de même 5 précieux conseils pour arriver à tes fins!

Horseball - Esprit d'équipe

  1. Soigner le recrutement : Contrairement à ce que l'on pourrait croire, au horseball, le niveau de jeu de tes coéquipiers importe peu et il est préférable de privilégier d'autres critères de sélection. Dans l'idéal, pour qu'une équipe tourne bien, il faut :
    • un maquignon pour fournir les chevaux et conduire le camion
    • un propriétaire d'écuries pour loger les chevaux sans payer la pension
    • un vétérinaire pour réparer les chevaux à moindre frais
    • un étudiant en histoire de l'art pour gratter les chevaux sur le plat pendant la semaine quand les autres travaillent
    • un fils de gros entrepreneur dans le secteur du bâtiment ou de l'automobile pour payer les maillots et les déplacements
    • une fille parce qu'on pratique un sport mixte... mais surtout pour gagner le tirage au sort de début de match et avoir des réductions à la buvette ;o)
    Qu'ils jouent bien ou pas, qu'ils soient sympas ou non importent peu, ce qui compte, c'est la survie du groupe!
  2. Définir des objectifs : Le résultat de la première étape devrait conditionner ce choix, mais la plupart des équipes de horseball préfèrent laisser ce travail à une tierce personne qu'on appelle entraîneur, ou coach pour les franglish-friendly. Personne ne sait réellement si ce rôle est déterminant pour réussir puisque certaines équipes arrivent jusqu'en Pro Elite sans en avoir un, et d'autres en ont un mais ne s'en servent jamais. D'expérience, on peut dire que si ce n'est pas mieux avec, ce n'est pas pire non plus et ça peut toujours servir de bouc émissaire.
  3. S'entraîner : C'est le point le plus sensible. En dehors du casse-tête pour trouver un créneau qui convienne à l'emploi du temps de chacun, il va falloir composer avec la flemme du maquignon et du propriétaire de l'écurie qui ont déjà monté des chevaux toute la sainte journée, l'indisponibilité du vétérinaire parti sur une urgence et celle de l'étudiant rentré chez ses parents pour les vacances, les caprices du fils à papa et les peines de coeur de la demoiselle. Une solution efficace pour essayer de passer outre cette foultitude de problèmes consiste à organiser un apéro après chaque entraînement, comme ça au moins, si vous ne vous mettez pas à cheval, vous aurez au moins travaillé la cohésion de l'équipe!
  4. Avoir des groupies : Les matchs de horseball sont éreintants, entre se lever avant l'aube, conduire des heures, s'occuper des chevaux, jouer et tenir le comptoir de la buvette. Pour palier à ce problème, tu auras donc besoin d'une armée d'âmes besogneuses pour accomplir les tâches ingrates de la journée à ta place. Ainsi tu pourras te concentrer sur ton jeu... à la buvette! A toi de trouver les mots pour les convaincre de t'aider, l'idéal étant d'avoir recruté un apollon dans ton équipe en espérant qu'il consentira à te prêter une ou deux de ses courtisanes.
  5. Être passionné : Même si tu mets tout ton coeur à suivre les conseils précédents, la saison suivante, le propriétaire d'écuries te mettra probablement à la porte, l'étudiant partira en Erasmus à Barcelone, le vétérinaire ne viendra plus s'entraîner, le fils à papa aura déménagé près de Bordeaux ou d'Aramon, la fille sera tombée enceinte et tu te retrouveras seul avec le maquignon qui te mettra la pression pour pouvoir continuer à vendre ses chevaux grâce au horseball. Tu devras alors tout recommencer, et tu t'y colleras. On appelle ça la passion... ou la folie! Tu connais Sisyphe?

Comme tu vois, le jeu n'intervient que très peu dans la vie d'une équipe de horseball. Mais rassures toi, c'est pareil ailleurs. Comme on ne sera jamais professionnels, on a tous choisi la solution la plus simple : travailler toute l'année pour payer un loyer supplémentaire à nos chevaux. Alors, compte tenu des efforts que tu consens, oublie que t'as aucune chance, arrête de singer Romain Depons et envoie du bois sur les terrains en 2012!